Abonnement Newsletter : Recherche catalogue : mon compte mon caddie

Abonnez-vous à notre lettre d'information :
 
Captcha Image
Alain RAESDenis PASCALDiego TOSIMaria-Luisa CANTOSDavid SIMPSON
FY SOLSTICE Productions

George C. BAKER
George-C-BAKERGeorge C. Baker, organiste, est né en 1951, il commencera l'étude de l'orgue dès 10 ans, après une solide initiation au piano. Il poursuivra ses études à la Highland Park Methodist Church (Dallas) puis à la Southern Methodist University, et remporte durant cette période le concours de l'American Guild of Organist - devenant au passage son plus jeune lauréat.

Il viendra se perfectionner en France auprès de Marie-Claire Alain et Jean Langlais, avant de remporter à l'unanimité le Grand Prix d'interprétation du Concours de Chartres.

Ses moyens techniques et son sens architectural dans l'interprétation lui ont fait signer au disque l'une des seules versions existantes de l'oeuvre de Darius Milhaud, ainsi que l'œuvre entier de J.S. Bach, en cours de réédition chez Solstice.


Pierre COCHEREAU
"Un Phénomène sans équivalent dans l'histoire de l'orgue contemporain"

Ainsi son maître Marcel Dupré qualifiait-il Pierre Cochereau.

Titulaire de l'orgue de Saint-Roch à Paris dès l'âge de dix-huit ans, il en a à peine trente lorsqu'il est nommé à Notre-Dame où va littéralement éclater son génie d'improvisateur.

Parallèlement, il dirige les conservatoires du Mans puis de Nice avant de se voir confier la création du CNSM de Lyon. Ses innombrables tournées dans les cinq continents en ont fait une figure légendaire de l'orgue.

De 1975 à sa mort, en 1984, il a enregistré en exclusivité chez Solstice.
Pierre-COCHEREAU


Marie-Catherine GIROD
Marie-Catherine-GIRODNée à Peyrehorade dans les Landes, Marie-Catherine Girod obtient à l'âge de 15 ans un Premier prix de piano et un Premier prix de Musique de Chambre au CNSM de Paris, puis l'année suivante une licence de concert – première nommée à l'Ecole Normale de Musique de Paris. Pendant son 3ème cycle de perfectionnement au CNSM, elle rencontre Paul Badura-Skoda dont elle recevra les conseils pendant trois ans ainsi que de György Sebök.

Grand Prix Casagrande et lauréate finaliste du Concours Clara  Haskil, M.C. Girod a donné de nombreux concerts en France, Italie, Allemagne, Autriche et Espagne et participé à plusieurs festivals dont celui de la Roque d'Anthéron ainsi que le Festival Estival de Paris.

Elle poursuit actuellement une double carrière d'interprète et de pédagogue. Depuis 2011, elle enseigne à l'Ecole Normale de Musique de Paris.


Fabio GRASSO
Fabio Grasso est né à Vercelli (Italie) en 1969. Diplômé de piano au Conservatoire de Turin (avec la mention Ad Honorem) et de composition au Conservatoire de Milan, il est en outre docteur Cum Laude en littérature grecque classique de l'Université du Piémont Oriental. Il a d'abord travaillé le piano avec Mario Barsolo et Jean Micault, puis avec Maria Tipo à l'Ecole de Musique de Fiesole où il a également suivi le cours de composition de Giacomo Manzoni. Il a plus tard suivi d'autres stages de perfectionnement : en piano avec Marco Vincenzi et , à Berlin, avec Klaus Hellwig ; en composition, avec, entre autres, Franco Donatoni.

En 1996, au 2ème Concours international de piano XXème siècle d'Orléans, il a remporté le Grand Prix Blanche Selva (Premier Prix) et le prix Maurice Ohana pour l'interprétation du Concerto pour piano et orchestre de ce compositeur. Après quoi, il a été invité à jouer à Paris et en province, soit en récital, soit avec orchestre (Orchestre d'Orléans, Orchestre Philharmonique de Montpellier sous la direction d'Armin Jordan et Friedemann Layer, Orchestre Philharmonique de Radio France, Orchestre du Banquet de Paris pour le Concerto de Ligeti). Son répertoire s'étend des auteurs classiques jusqu'aux contemporains et comprend des oeuvres écrites par lui-même.

Après deux disques consacrés à Ferruccio Busoni et Anton Rubinstein, le pianiste Fabio Grasso continue l'aventure chez SOLSTICE pour un disque Schumann dans un programme consacré à deux oeuvres majeures : Le Carnaval et les Etudes Symphoniques.
Fabio-GRASSO


Huguette GREMY-CHAULIAC
Huguette-GREMY-CHAULIACHuguette Grémy-Chauliac, élève dans les classes de piano de Lucette Descaves et d'Yves Nat, elle ne viendra à l'étude du clavecin que plus tard, avec Robert Veyron-Lacroix pour professeur.

Enseignant au Conservatoire de Nice et à l'Académie américaine de Paris, elle se produit depuis 1966.

La grande diversité de son répertoire a fait de nombre de ses enregistrements des premières discographiques, qui ont fortement contribué à remettre en lumière, entre autres, les oeuvres de Pachelbel ou de Buxtehude.


Henri LEDROIT
C'est en 1972 qu'âgé de vingt-six ans, Henri Ledroit rencontre Alfred Deller qui révèle à ce baryton de formation sa véritable nature de haute-contre. Cultivant désormais cette tessiture très particulière, Henri Ledroit travaille avec Nikolaus Harnoncourt, René Clemencic et René Jacobs.

En 1979, il débute une carrière lyrique jalonnée de succès grandissants qui culminent en 1987 à Boston et New York avec le poème épique médiéval Tristan et Yseult où ses talents d'acteur le disputent à ceux du chanteur. Il meurt l'année suivante à Nancy.

Depuis 1982, il avait réservé à Solstice la quasi-totalité de ses enregistrements discographiques.
Henri-LEDROIT


Yvonne LEFEBURE
Yvonne-LEFEBURENée à la veille de ce siècle, Yvonne Lefébure aura mené au cours de sa longue vie une double carrière de virtuose et de pédagogue.

Enfant prodige, elle remporte dès l'âge de quatorze ans un premier prix de piano dans la classe d'Alfred Cortot. Liée aux grands musiciens de son temps, Fauré, Ravel, Dukas, elle se fait leur interprète favorite quand elle ne se produit pas sous la baguette de chefs tels que Furtwangler, Boult, Markevitch, ou en compagnie de Pablo Casals.

Le peintre Raoul Dufy, le philosophe Alain sont les familiers de cet esprit curieux de tout que sa passion de l'enseignement mènera de l'Ecole Normale au Conservatoire de Paris : Dinu Lipatti, Samson François entre autres seront ses élèves.

Dix années durant et jusqu'à sa mort en 1986, elle a confié à Solstice le soin d'enregistrer l'essentiel de son message artistique.


Pierre PINCEMAILLE
Pierre Pincemaille, organiste, élève d'Henri Challan, Jean-Claude Raynaud, Marcel Bitsch, Jacques Casterede et Rolande Falcinelli au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Pierre Pincemaille y a obtenu cinq Premiers Prix : harmonie, contrepoint, fugue, orgue-interprétation, orgue-improvisation.

Puis il a remporté successivement cinq Premiers Grands Prix aux Concours Internationaux de Lyon (1978), Beauvais (l987), Strasbourg l989), Montbrison (1989) et Chartres (1990). C'est en novembre 1987 qu'il est nommé sur concours organiste titulaire des grandes orgues de la cathédrale de Saint-Denis. Cet instrument, de réputation mondiale, est le premier ouvrage (1840) du grand facteur d'orgues du XIXe siècle, Aristide Cavaillé-Coll.

Parallèlement, Pierre Pincemaille poursuit une carrière internationale de concertiste en Europe, ainsi qu'aux Etats-Unis et au Canada. Ses concerts l'ont conduit jusqu'en Russie, en Afrique du Sud et en Chine. Il a joué en soliste sous la direction de chefs prestigieux : Mstislav Rostropovitch, Myung-Whun Chung, Riccardo Mutti, Charles Dutoit.
Pierre-PINCEMAILLE


Alain RAES
Alain-RAESAlain Raës, pianiste, né en 1947 à Roubaix, il remporte au Conservatoire de Paris les Premiers Prix de piano ainsi que de musique de chambre. Puis il étudiera auprès de Paul Badura-Skoda et Gyorgy Sebök avant de remporter le Grand Prix du Concours International de Genève en 1973.

Sa passion pour la musique de chambre le fera s'associer à différents musiciens, tel par exemple Claude Faucomprez pour former un duo piano-clarinette.

Ce grand serviteur de la musique française a, entre autres, gravé l'Œuvre intégral de piano d'Arthur Honegger et d'Albert Roussel, ainsi que leurs œuvres concertantes.


Anna Stella SCHIC
Anna Stella Schic, pianiste, est née à Campinas au Brésil en 1925. Elle y étudie le piano avec Jose Kliass (élève de Martin Kraus, l'un des derniers disciples de Liszt) avant de se perfectionner à Paris auprès de Marguerite Long.

Dédicataire de divers compositeurs, tels Michel Philippot son mari, ou Heitor Villa-Lobos, elle créera par exemple le Concerto no. 2 de ce dernier, sous sa direction.

Elle partagera son temps entre une intense carrière internationale qui la fera ambassadeur et promoteur de divers compositeurs (elle fera par exemple pour la première fois sortir de l'U.R.S.S. le 3ème Concerto de Kabalevski) et une grande vocation pour l'enseignement (directrice du Conservatoire Européen, professeur d'interprétation aux Universités de Sao Paulo et de Rio, etc...).
Anna-Stella-SCHIC


SETRAK
SETRAKSetrak, pianiste d'origine turque né en 1931 à Istanbul et mort à Paris en 2006, vint à Paris en 1946 où il travailla à l'Ecole Normale de Musique dans la classe du grand Alfred Cortot, puis ensuite au Conservatoire avec Marguerite Long.

Lauréat d'un 1er prix de piano dans la classe d'Yvonne Lefébure et d'un 1er prix de direction d'orchestre dans la classe d'Eugène Bigot, il est un grand virtuose de la tradition lisztienne et dispose d'un répertoire immense : Tant collectionneur de partitions rares qu'interprète, il a par exemple tiré de l'oubli la Fantaisie sur des thèmes de Lelio de Liszt et a, entre autres, gravé chez Solstice l'intégralité des Etudes de Scriabine.


Noëlle SPIETH
Avant de remporter le premier prix du Concours International de clavecin de Paris en 1977 - récompense qui lui valut immédiatement une véritable notoriété dans l’univers de la musique ancienne - Noëlle Spieth a étudié au Conservatoire Supérieur de Paris où elle obtint trois premiers prix et au Conservatoire de Genève. Après le CNSM, elle se perfectionne auprès de Huguette Dreyfus, Kenneth Gilbert et Gustav Leonhardt.

Lauréate de la Fondation de France et soliste de Radio France, Noëlle Spieth a réalisé de nombreux enregistrements radio (France, Belgique, Pays-Bas).

C’est dans la musique française des XVIIème et XVIII ème siècles que sa notoriété s’affirme, grâce notamment à un art de l’ornementation ayant atteint à une perfection tant technique que musicale. Noëlle Spieth figure parmi les grandes références dans son interprétation de l’intégrale des pièces de Rameau tout comme pour celle de l’intégrale François Couperin - réalisation pour laquelle, elle reçut le Grand Prix de l’Académie Charles Cros.
Noelle-SPIETH


Diego TOSI
Diego-TOSITrès tôt, Diego Tosi bénéficie d'une éducation musicale axée tout d'abord sur le piano avant de recevoir ses premiers cours de violon dès l'âge de cinq ans avec le violoniste Philippe Couvert. Un an plus tard, à l'Ecole Nationale de Musique d'Aulnay-sous-Bois, il suit l'enseignement de Jean Lenert dans cette même discipline tout en continuant le piano avec Dominique Mercier.

A l'âge de 13 ans, il se présente au Conservatoire National de Région de Paris pour y poursuivre ses études. Il continue à travailler le violon avec Jean Lenert. Il obtient à la fin de son cycle rue de Madrid un Premier Prix, mention très bien à l'unanimité du jury, suivi dans la foulée d'un prix de perfectionnement.

Il a été remarqué par Jean-Claude Casadesus et, lors d'une prestation au Théâtre des Champs-Elysées, joue sous sa direction Shéhérazade de Rimski-Korsakov en tant que premier violon solo de l'Orchestre Symphonique du CSP.

En 1998, il entre au CNSM de Paris dans la classe de Jean-Jacques Kantorow dont il suivra l'enseignement pendant trois ans et, à l'issue de ce cycle d'études, il obtient son Prix de Paris, mention très bien à l'unanimité du jury.

Il a également suivi la "master classs" d'Alexandre Benderski avant d'aller se perfectionner aux Etats-Unis. Pour cela, il se présente à la Bourse Lavoisier qu'il remporte avec succès, ce qui lui offre la possibilité d'aller suivre les cours de Miriam Fried à l'Université de Bloomington (Indiana).

Rappelons que, pendant ces années de jeunesse, il se présente à des concours destinés aux jeunes interprètes de moins de vingt ans et remporte successivement un Deuxième Prix au Concours International "Germans Claret" de Barcelone, un Troisième Prix au Concours International de jeunes solistes de Wattrelos, un Premier Prix au Concours International de Canet, enfin un Premier Prix au Concours International de Moscou.

Diego Tosi est aujourd'hui soliste au sein de l'Ensemble Intercontemporain de Pierre Boulez.